Le secteur des TIC bouge au Cameroun


Bien que la construction de la fibre optique reste du domaine exclusif de CAMTEL, la structure a opéré diverses concessions, d’abord aux opérateurs privés de téléphonie, puis à un nombre important d’entreprises nées de l’arrivée de la fibre optique, à l’instar des Fournisseurs d’Accès Internet (FAI). La concurrence issue de cette multitude d’offres a permis la diversité de services, avec des coûts de plus en plus accessibles.

Dans L’usage des TIC a facilité les échanges dans le secteur de l’administration, du commerce, de la santé, de l’agriculture, de l’environnement, de l’éducation, des banques etc. Sur le plan administratif, le gouvernement camerounais, l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) et l’UNESCO ont lancé, en octobre 2011, un projet d’appui au Ministère des Postes et Télécommunications (MINPOSTEL) et au Ministère des Arts et de la Culture (MINAC) pour l’étude de faisabilité en vue de la réalisation d’une bibliothèque numérique nationale. Ce projet pilote a produit près de 8000 documents numérisés en juin 2012. La deuxième phase, lancée en juin 2012, aboutira à la transformation de l’ensemble des archives physiques en fichiers numériques, puis suivra alors le processus de classification, de sauvegarde, de sécurisation et de publication sur Internet et dans le musée national.

L’économie est aujourd’hui mondialisée en grande partie grâce à l’utilisation des TIC. Au Cameroun, le commerce électronique entre progressivement dans les mœurs. Mais, le e-commerce n’est pas sans risque, le premier étant l’escroquerie, car dans cette transaction, on connait à peine son vis-à-vis. Pour lutter contre les actes de cybercriminalité, le gouvernement camerounais à installé l’infrastructure à clé publique (PKI), qui permettra de sécuriser les transactions en ligne.

Dans le domaine de la santé, des applications sont développées, notamment en médecine par des chercheurs locaux. La plus récente d’entre elles est le Cardio Pad, une tablette tactile à usage médical. Elle a été conçue en 2011, par Arthur ZANG, jeune Ingénieur Camerounais.

L’agriculture n’est pas en reste, le site web du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER) met à la disposition du grand public toutes les informations agricoles, afin de faciliter les échanges entre différents acteurs. La page d’accueil, animée par les principales cultures de rente, présente les grandes institutions agricoles, les grandes écoles, les statistiques agricoles etc.

Côté environnement, des logiciels de gestion des écosystèmes sont désormais déployés. Les nouvelles technologies permettent de mieux surveiller la faune et la forêt. Pour l’orientation en forêt, les spécialistes des ONG locaux utilisent des GPS, des Thuraya et se servent également des logiciels de cartographie pour l’identification des domaines permanents et non permanents de l’Etat, etc.

Du point de vue de l’éducation, la tendance dans les structures spécialisées est la multiplication des partenariats académiques avec les universités du monde, dans le but de réduire le coût de la formation pour ceux qui souhaitent étudier à l’étranger. Les TIC encouragent la formation à distance, facilitent la délocalisation, puisque le suivi administratif et pédagogique avec les partenaires se fait à distance, à travers une plate-forme collaborative avec la visioconférence et les espaces interactifs et collaboratifs. Le gouvernement s’est également engagé dans cette voie, compte tenu de l’importance des TIC, avec l’intégration de l’information dans les programmes de formation de l’enseignement secondaire.

Si le secteur des TIC bouge au Cameroun, quelques efforts restent néanmoins à fournir au niveau des encombrements, des perturbations et de l’instabilité du réseau dont sont encore victimes les usagers au quotidien.

arr2 Page précédente arr2

Alerte de Sécurité

Emission Radio ANTIC.CM