Rapport du Séminaire du e-Commerce 2008


 

Dans le cadre d’un partenariat entre le Ministère du Commerce, la Chambre de Commerce Internationale et l’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication (ANTIC), un séminaire sur le commerce électronique (e-commerce) a été organisé du 19 au 20 mars 2008 au Hilton Hôtel à Yaoundé.

Ce séminaire, qui a connu la participation des représentants des ministères, des acteurs du secteur privé, de la société civile et divers autres acteurs intéressés, avait pour objectifs de :

  • faire le diagnostic sur l’environnement du commerce électronique au Cameroun ;
  • identifier les avantages et les inconvénients liés à l’introduction du commerce électronique au Cameroun ;
  • informer les participants sur le e-commerce ;
  • sensibiliser les participants sur les opportunités du e-commerce ;
  • susciter les échanges entre les participants sur les expériences réussies dans le domaine du e-commerce ;
  • dégager des propositions pour une stratégie nationale du e-commerce.

La cérémonie d’ouverture a été marquée par le mot de bienvenue de M. Ekwa Ngallé Léopold, Président de ICC-Cameroon, le discours du Dr. Ebot Ebot Enaw, Directeur Général de l’ANTIC et par l’allocution d’ouverture de M. Mbarga Atangana Luc Magloire, Ministre du Commerce.

Sous la modération de Mme Abenkou Paulette, Directeur Général Adjoint de l’ANTIC, les travaux se sont poursuivis par une série de communications sur de nombreux thèmes :

  • l’obligation de transparence et de loyauté dans le e-commerce, la sécurité des échanges dans le e-commerce et la prospection en ligne dans le e-commerce par Mme Christiane Féral-Schuhl, Experte internationale en droit des technologies de l’information ;
  • les différences et les similitudes entre le commerce traditionnel et le e-commerce par M. Mezom Melouta, Ingénieur en TIC, Chef de Division des TIC au Ministère de la Communication ;
  • l’architecture technologique du e-commerce par M. Belinga Belinga Jean Marcel, Chef de la Division du Développement Information à la SNI ;
  • le cadre juridique et réglementaire du e-commerce par Me Onambélé Joseph Antoine, Avocat au barreau national ;
  • les infrastructures TIC par M. Dieutoss Evariste, Ingénieur en Génie Electrique, Chef de la Division des Stratégies et du Développement à CAMTEL ;
  • les normes et qualités par M. Awono Jean Claude, Juriste, Chef de Protocole au Ministère de l’Industrie, des Mines et du Développement Technologique ;
  • l’infrastructure à clé publique (PKI) par M. Nkuipou Norbert, Directeur des Infrastructures et Réseaux d’Accès aux TIC / MINPOSTEL ;
  • les moyens de paiement par Bram Van Asseldonk, Directeur Général de Intelligentsia SA ;
  • l’expérience du Guichet Unique des Opérations du Commerce Extérieur du Cameroun par M. Aloma Pierre, Responsable au GUCE ;
  • le renforcement des capacités par Pr. Awono Onana, Directeur de l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique (ENSP) ;
  • les activités électroniques (e-activités) par Pr. Tonye Emmanuel, enseignant à l’ENSP ;
  • les avantages socio-économiques du e-commerce par M. Ossama François, Expert en TIC, Chef de la Cellule Informatique du MINDUH.

La communication sur l’obligation de transparence et de loyauté dans le e-commerce a porté sur les points suivants :

  • l’identification de l’éditeur du site web de e-commerce ;
  • l’identification du cybermarchand ;
  • la description de l’objet de l’offre en ligne ;
  • l’identification de la publicité et des annonces électroniques ;
  • les pratiques commerciales déloyales interdites ;
  • les clauses abusives ;
  • la publicité mensongère ou comparative ;
  • le code international de pratiques loyales.

La communication sur la sécurité des échanges dans le e-commerce a porté sur les points suivants :

  • les formalités électroniques relatives à l’accomplissement de certaines formalités contractuelles par voie électronique ;
  • le processus de contractualisation ;
  • la faculté de rétractation des cyberconsommateurs ;
  • la sécurité de paiement en ligne ;
  • les solutions techniques de paiement électronique disponibles ;
  • les mesures préventives et de contrôle mises en France par la création des organismes de surveillance et d’enquête.

L’exposé sur la prospection en ligne dans le e-commerce a porté sur les points suivants :

  • la présentation de l’Internet comme moyen de prospection ;
  • les aspects légaux de la prospection par e-mail ;
  • les précautions préalables à l’envoi des e-mail de prospection ;
  • la collecte loyale des adresses électroniques ;
  • la présentation de quelques recommandations de la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) en France ;
  • la présentation de quelques sanctions en cas de collecte déloyale (en France) ;
  • la jurisprudence en France ;
  • le spamming au plan international.

La communication sur les différences et les similitudes entre le commerce traditionnel et le e-commerce a porté sur les éléments suivants :

  • quelques définitions dans le domaine de la publicité classique ou Internet ;
  • la présentation des principaux supports publicitaires traditionnels (publicité média, promotion des ventes, sponsoring, mécénat, marketing direct, relations publiques, relations Presse, street marketing, ...) ;
  • la présentation des différents types de publicité sur Internet (e-mail, Bannières publicitaires, intersticielles, Pop-up, Sponsoring web, Permission marketing, ...).

La communication sur l’architecture technologique du e-commerce a porté sur les axes suivants :

  • l’architecture de la boutique en ligne (front-office) ;
  • l’architecture de la plate-forme de gestion de l’arrière boutique (back-office) ;
  • l’infrastructure.

S’agissant de l’exposé sur le cadre juridique et réglementaire du e-commerce, il a été dégagé l’importance de la mise à jour du cadre juridique et réglementaire actuel pour le développement du e-commerce.
La communication sur les infrastructures TIC a porté sur les points suivants :

  • le diagnostic ou l’état des lieux des infrastructures TIC ;
  • les perspectives de développement des infrastructures en terme de quantité et de qualité, à savoir :
  • la couverture de toutes les zones urbaines et rurales (la densification du backbone national) ;
  • la diversification de l’accès à l’international ;
  • l’adoption des technologies avancées ;
  • la construction des réseaux convergents multiservices (IP/MPLS) ;
  • la disponibilité des offres d’accès multiformes et à haut débit (ADSL, fibre optique, CDMA, WiMax, WiFi, UMTS, VSAT) ;
  • la mutualisation et le partage des infrastructures.

La communication sur les normes et qualités a porté sur les points suivants :

  • les définitions et les objectifs de la normalisation ;
  • les différents niveaux de la normalisation ;
  • la normalisation dans le secteur des services ;
  • les différents types de normes ;
  • l’élaboration des normes ;
  • la notion de qualité ;
  • l’Organisation Internationale de Normalisation (ISO) et le e-commerce ;
  • la présentation de quelques normes publiées relatives au commerce électronique ;
  • la Commission Electronique Indépendante (CEI) et le e-commerce ;
  • l’environnement normatif camerounais ;
  • l’activité de normalisation au Cameroun ;
  • les difficultés liés au système normatif au Cameroun.

L’exposé sur l’infrastructure à clé publique (PKI) a porté sur les points suivants :

  • les définitions et le rôle de la PKI ;
  • les services offerts par la PKI ;
  • l’utilité de la PKI ;
  • les applications disponibles ;
  • le fonctionnement de la PKI vu de l’utilisateur ;
  • les perspectives.

L’exposé sur les moyens de paiement électronique a porté sur les axes suivants :

  • comment s’effectuent les paiements sur Internet ? ;
  • les moyens de paiement électronique international en Afrique ;
  • les moyens de paiement électronique nationaux ;
  • les moyens de paiement électronique au Cameroun.

L’exposé sur l’expérience du Guichet Unique des Opérations du Commerce Extérieur (GUCE) du Cameroun a porté sur les points suivants :

  • la genèse et le bilan du GUCE ;
  • les perspectives, à savoir :
  • la plate-forme informatisée d’échange de données ;
  • le Portail et Site web institutionnel du GUCE ;
  • l’environnement e-commerce du GUCE ;
  • les obstacles à l’émergence du e-commerce

La communication sur le renforcement des capacités a porté sur les points suivants :

  • quelques définitions de base sur les TIC ;
  • les besoins planétaires en matière de ressources humaines TIC qualifiées ;
  • les principaux pôles de développement des ressources humaines TIC qualifiées dans le monde (Inde, Chine, Ukraine) ;
  • une étude de cas pour le Cameroun :
  • faiblesse des capacités d’encadrement ;
  • problème de qualité et de capacité ;
  • problème de diversification de l’offre ;
  • problème de masse critique ;
  • problème de pertinence ;
  • absence de dispositif de Recherche et Développement (R&D) ;
  • absence de stratégie ;
  • des propositions, à savoir :
  • la mise en place d’une stratégie viable pour les TIC ;
  • le développement les infrastructures TIC ;
  • l’amélioration de l’accès à l’Internet ;
  • le soutient à l’émergence de l’économie numérique ;
  • la mise en place d’un cadre institutionnel pour le commerce électronique ;
  • la création d’un projet national d’appui au renforcement des capacités en TIC ;
  • la création d’un pole d’excellence (Technopole) en TIC pour la CEEAC ;
  • la mise en place d’une approche par compétence et non par diplomation ;
  • l’initiation de grands projets de R&D.

L’exposé sur les activités électroniques (e-activités) a porté sur les différentes catégories d’activités électroniques parmi lesquelles :

  • les enchères électroniques ;
  • la banque électronique ;
  • le commerce électronique ;
  • l’annuaire électronique ;
  • l’ingénierie électronique ;
  • la franchise électronique ;
  • les paris électroniques ;
  • l’enseignement électronique ;
  • la messagerie électronique ;
  • le marketing électronique ;
  • la gestion électronique des ressources d’exploitation ;
  • l’approvisionnement électronique ;
  • la bourse électronique ;
  • le suivi sanitaire électronique ;
  • l’assistance agricole électronique.

L’exposé sur les opportunités socio-économiques du e-commerce a porté sur les éléments suivants :

  • l’incidence économique globale du e-commerce ;
  • l’évolution du e-commerce dans les pays d’Afrique subsaharienne ;
  • la compétitivité des entreprises et l’accès direct aux marchés mondiaux ;
  • la réduction ou suppression des activités d’intermédiation (transparence et augmentation des revenus des producteurs) ;
  • les expériences réussies dans quelques pays en voie de développement ;
  • le gains de productivité, la réduction des coûts d’exploitation et de transaction ;
  • les nouveaux créneaux porteurs du B2B dans la nouvelle économie ;
  • la présentation de quelques avantages sociaux ;
  • la présentation des contraintes au développement du e-commerce.

Ces différents exposés ont été à chaque fois ponctués d’un jeu de questions-réponses. Ces communications ont été suivies d’une discussion générale au cours de laquelle il est apparu :

  • la nécessité impérieuse du renforcement des capacités ;
  • la nécessité d’un cadre juridique et réglementaire adapté au e-commerce ;
  • la nécessité de l’élaboration de la stratégie nationale de développement du e-commerce.

Liste de exposés :

  • l’obligation de transparence et de loyauté dans le e-commerce ;
  • la sécurité des échanges dans le e-commerce ;
  • la prospection en ligne dans le e-commerce ;
  • les différences et les similitudes entre le commerce traditionnel et le e-commerce ;
  • l’architecture technologique du e-commerce ;
  • les infrastructures TIC ;
  • les normes et qualités ;
  • l’infrastructure à clé publique (PKI) ;
  • les moyens de paiement ;
  • l’expérience du Guichet Unique des Opérations du Commerce Extérieur du Cameroun ;
  • le renforcement des capacités ;
  • les activités électroniques (e-activités) ;
  • les avantages socio-économiques du e-commerce.
 

 

arr2 Page précédente arr2

Alerte de Sécurité

Emission Radio ANTIC.CM